Menu

À Propos

Notre histoire au Canada

1870

  • Agnes Blizzard met sur pied la première association YWCA canadienne à Saint-Jean (Nouveau-Brunswick) dans un deux-pièces loué. D’autres associations émergent rapidement : Toronto (1873), Montréal (1874), Québec et Halifax (1875).

1874

  • Des bibliothèques voient le jour aux YWCA de Montréal et de Québec avant même que les bibliothèques publiques ne soit ouvertes.

1875

  • La YWCA de Halifax ouvre une résidence pour jeunes délinquantes offrant des soins de garde et de la formation.
  • La YWCA de Montréal offre des cours de formation pour les infirmières, une première à Montréal.

1884

  • Les YWCA de Toronto, de Montréal et de Hamilton enseignent la phonographie, la dactylographie et la sténographie aux femmes, avant même que ces cours ne soient disponibles dans les écoles et collèges publics. À cette époque ces métiers étaient traditionnellement dominés par les hommes car ils étaient considérés comme physiquement exigeants pour les femmes.

1886

  • La première YWCA étudiante est formée au Albert College, à Belleville en Ontario.

1887

  • Les premiers Secours aux voyageuses ont été lancés par la YWCA de Québec.

1892

  • La YWCA d’Ottawa ouvre la première école de cuisine au Canada. En 1898, 312 femmes y sont inscrites.

1893

  • Adelaide Hoodless joue un rôle majeur dans la création de YWCA of/du Canada, dont la première assemblée annuelle a eu lieu le 23 janvier 1895 à Ottawa. Plus tard, à titre de présidente, Adelaide Hoodless met les YWCA au défi en déclarant « Nous serons le groupe de jeunes femmes le plus grand et le plus fort jamais créé. Je veux dire un groupe de femmes, créé par les femmes, pour les femmes. »

1894

  • L’école des Sciences ménagères ouvre à la YWCA de Hamilton, la première du genre au Canada. Adelaide Hoodless et la YWCA de Hamilton obtiennent que ces cours soient intégrés au programme d’études des écoles publiques en Ontario.

1895

  • YWCA of/du Canada devient la cinquième association nationale à s’affilier à la YWCA mondiale.

1898

  • La YWCA de Toronto institue la Beau Tax, une occasion pour les jeunes hommes de rendre visite aux jeunes femmes dans la résidence de la YWCA. Chaque conversation au salon coûte 25 cents, tandis qu’une conversation plus privée au parloir coûte 50 cents.

1904

  • Susan Little devient la première secrétaire générale de YWCA of/du Canada; elle insiste sur le fait que la YWCA doit travailler avec les jeunes femmes et non pour elles.

1932

  • La YWCA de Montréal offre les premiers cours pour les domestiques sans emploi, et certifie les compétences de 162 aides domestiques.

1933

  • Un premier cours de formation est organisé pour 18 directrices de l’éducation physique des YWCA.
  • Le counseling devient un nouveau service offert par les YWCA.

1937

  • La natation synchronisée est introduite au Canada par la YWCA de Peterborough.

1944

  • Pendant la Deuxième Guerre mondiale, 38 maisons et 7 chambres d’hôtes seront établies par les YWCA à travers le Canada afin de servir les soldats et leurs familles.

1951

  • 21 associations de la YWCA ont des comités d’affaires publiques qui se concentrent sur le rôle de la femme.

1953

  • Le premier programme Take-A-Break est créé par la YWCA de Toronto. En 1958, ces programmes sont offerts à 1 800 femmes dans 25 villes au Canada.

1957

  • YWCA of/du Canada reçoit le Prix Henry Tory Marshall de l’Association canadienne pour l’éducation des adultes pour sa contribution inégalée au Canada dans le domaine de l’éducation pour les adultes.

1965

  • Les YWCA du Canada et des États-Unis commanditent conjointement l’institut de formation international. Quelque 48 participantes de 35 pays y seront inscrites.
  • Une étude de recherche nationale intitulée « Le rôle de la YWCA dans la prise en charge des problèmes personnels graves des files et des femmes » est entreprise.

1969

  • La YWCA of/du Canada a demandé à la Commission royale d’enquête sur la condition féminine au Canada d’augmenter et d’améliorer les services de garde à l’enfance, d’améliorer l’éducation et la formation pour les femmes, d’imposer l’exécution des ordonnances de pension alimentaire, etc.

1970

  • 100e anniversaire de la fondation de la première YWCA au Canada, celle de Saint-Jean au Nouveau Brunswick.

1981

  • La YWCA participe à la lutte historique pour exiger que l’égalité des femmes fasse partie des dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés.

1982

  • La YWCA de Peterborough publie Nouveau départ, un manuel pour les femmes victimes de violence, dont les droits d’auteur seront plus tard transférés au Bureau national de YWCA of/du Canada. L’ouvrage sera traduit en plusieurs langues et des dizaines de milliers d’exemplaires seront vendus au fil des années.

1983

  • La YWCA of/du Canada lance le programme d’accréditation des monitrices de conditionnement physique.

1988

  • La YWCA of/du Canada lance le programme d’accréditation des monitrices de conditionnement aquatique.
  • La YWCA of/du Canada adopte un énoncé de mission qui confirme le leadership féminin de l’organisme.

1989

  • La YWCA adopte un nouveau plan stratégique lors de la Convention nationale à Regina qui met l’accent sur le développement des programmes.

1990

  • La YWCA lance la première initiative nationale de collecte de données et entreprend la modernisation de son logo avec comme objectif l’établissement d’une identité visuelle commune pour des raisons de marketing.

1991

  • Un programme pilote de séances de formation de YWCA of/du Canada permet d’offrir de nouveaux cours, à savoir : Collecte de fonds I ; Séminaire sur la gestion financière III ; Logements, refuges et résidences ; Gestion des ressources humaines I ; Introduction à la gestion de programmes ; Formation des présidentes ; Formation des formatrices — Section I
  • La longue tradition de services et de revendication d’aide aux femmes victimes de violence de la YWCA est reconnue lors d’une conférence de presse annonçant une initiative sur trois ans, subventionnée par Santé et Bien-être Canada, visant la sensibilisation des communautés au phénomène de la violence familiale. L’initiative porte le nom d’Action communautaire contre la violence faite aux femmes.
  • Un nouveau logo est adopté pour l’ensemble du Canada et représente l’engagement de l’organisation au développement holistique de toutes les femmes, les familles et les communautés. Ses trois triangles ouverts symbolisent l’ouverture aux autres, l’inclusion et l’équilibre du corps, de l’intellect et de l’esprit.
  • Seize déléguées canadiennes assistent à la réunion du Conseil mondial qui se tient en Norvège et réunit 600 femmes de 80 pays.

1992

  • La première Conférence nationale sur le leadership a lieu à Ottawa, alors que la YWCA lance le début des célébrations de son centenaire au Musée canadien des civilisations.

1993

  • Postes Canada produit un timbre à l’effigie d’Adelaide Hoodless pour commémorer la fondation de la YWCA of/du Canada.

1994

  • Le plan stratégique 1995-2000 est adopté à l’Assemblée générale annuelle 1995, ainsi que les valeurs communes suivantes : une perspective pro-femme; la différence et la diversité; la personne dans son ensemble, l’esprit communautaire; l’interdépendance mondiale.

1995

  • Douze déléguées canadiennes assistent au Conseil mondial à Séoul en Corée du Sud.
  • Le conseil d’administration de la YWCA of/du Canada élabore un nouveau modèle de gouvernance.
  • La YWCA of/du Canada adopte un nouvel énoncé de mission lors de son assemblée annuelle de 1995 : Une voix pour l’égalité... une voix puissante pour les femmes.
  • La YWCA of/du Canada entreprend son travail pour l’adoption de mesures organisationnelles antiracistes.

1996

  • YWCA of/du Canada lance la Semaine sans violence de la YWCA. Cette campagne de sensibilisation est une initiative nationale qui a pour but d’unir toute la population pour trouver des solutions visant à mettre un terme à la violence et créer des communautés plus sécuritaires.

1997

  • La YWCA of/du Canada et la YMCA-YWCA d’Ottawa-Carleton qui mène l’initiative, lancent « Jouons avec les arcs-en-ciel », programme national de jeu pour les enfants réfugiés à risque.
  • La YWCA of/du Canada termine son travail de réorganisation et de restructuration.

1998

  • La YWCA crée son Système d’appui des pairs. Cette mesure nationale permet aux associations membres de se soutenir les unes les autres et d’échanger des services.

1999

  • Grâce au soutien financier de Santé Canada, la YWCA of/du Canada, de concert avec la YMCA-YWCA du grand Victoria qui agit à titre de chef du projet, crée Pathway to Gender Equity, ressource pour aider les organismes au service des jeunes à inciter les filles et les jeunes femmes à être physiquement active.
  • La YWCA of/du Canada, en partenariat avec Héritage Canada et les Clubs Garçons et Filles du Canada, lance une campagne de sensibilisation nationale intitulée Mettons fin au racisme !
  • La 4e Semaine sans violence annuelle a lieu, les associations membres et des centaines d’organismes communautaires y participent à travers le pays.
  • Onze déléguées de YWCA Canada assistent au Conseil mondial du Caire. Une déléguée canadienne est élue vice-présidente du comité de direction de la YWCA Mondiale.

2000

  • La YWCA of/du Canada joue un rôle actif dans la marche des femmes 2000 qui a lieu à Ottawa, et se joint à une délégation d’organismes féminins pour exercer des pressions auprès du gouvernement canadien pour qu’il réponde à 13 requêtes urgentes.
  • La YWCA of/du Canada organise sa 5e Semaine sans violenceMC qui a touché 7 000 000 de Canadiennes et de Canadiens et lance le site web de la Semaine sans violence à www.weekwithoutviolence.ca, ainsi qu’une trousse d’outils et un calendrier d’activités.
  • La YWCA of/du Canada et ses associations font pression sur les gouvernements fédéral et provincial pour une entente sur le développement de la petite enfance. YWCA of/du Canada, soutenue par dix organismes, forme une coalition et lance une campagne intitulée Signez au nom des enfants du Canada.
  • La YWCA of/du Canada adopte une nouvelle orientation stratégique pour 2000-2003 axée sur la continuation de la promotion de l’indépendance économique et de la sécurité des femmes et des filles, et sur la revendication de mesures visant à lutter contre la violence faite aux femmes et aux enfants au Canada.

2002

  • La YWCA of/du Canada se repositionne: YWCA Canada | Un point tournant pour les femmes.

2003

  • La YWCA of/du Canada débute un projet pluriannuel ayant pour but l’élaboration de pratiques et de modèles efficaces de prestation des services offerts dans les refuges pour les femmes fuyant la violence. Il s’agit là de la première initiative du genre au Canada. Elle est financée par Condition féminine Canada, le ministère de la Justice et le Secrétariat national pour les sans-abri.
  • La YWCA confirme son engagement comme organisme centré sur les femmes et géré par les femmes.

2004

  • YWCA Canada lance une nouvelle campagne d’annonces télévisées d’intérêt public pour sensibiliser à la violence conjugale.
  • YWCA Canada, en partenariat avec DRHC, lance un projet pour créer un plan directeur communautaire pour la prestation de services complets et intégrés de développement et de garde de la petite enfance. Il sera utile aux responsables des politiques, aux expertes ainsi qu’aux militants communautaires.

2005

  • YWCA achève une étude de faisabilité pluriannuelle relative à un programme national de garde d’enfants, Pour une architecture communautaire de services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants.
  • YWCA pilote le projet CentreFilles avec 7 associations membres, qui a permis aux filles de mener des activités parascolaires portant sur le leadership, l’autonomisation et l’estime de soi.

2006

  • YWCA fête le 10e anniversaire de la Semaine sans violenceMC.

2007

  • YWCA publie une étude nationale critique, Pratiques efficaces pour protéger les femmes fuyant la violence dans leurs relations intimes.
  • La YWCA développe ses services dans le cadre de son Plan national de développement, et travaille avec la Baffin Region Agvik Society, le refuge Qimaavik Women’s Crisis Shelter et la section de services aux victimes à Iqualuit.
  • CentreFilles est élargi à 20 associations membres à travers le pays.
  • Vingt déléguées canadiennes assistent à la 26e réunion du Conseil mondial qui se tient à Nairobi parallèlement au Sommet international des femmes qui a porté sur les interventions féminines dans le cadre de la lutte contre le sida.

2008

  • Vivre au-delà du refuge, étude conduite par YWCA, a pour objectif le changement de système afin de garder les femmes hors du cycle de la violence.

2009

  • La campagne des roses pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles est relancée comme campagne de sensibilisation nationale, avec un site web viral www.rosecampaign.ca.
  • Le Rapport de YWCA Canada sur la condition des femmes et des filles est publié avant les élections fédérales de 2008 et dresse un tableau alarmant sur l’égalité des femmes au Canada.
  • La conférence nationale de CentreFilles sur le leadership a eu lieu à Orillia, en Ontario et 100 filles du pays entier s’y sont retrouvées. Le site www.ywcagirlspace.ca est lancé.
  • YWCA lance Vivre au-delà du refuge : vers des politiques publiques coordonnées visant la sécurité des femmes et la prévention de la violence, et organise, à la Colline du Parlement, une session pour faire pressions sur les politiques en présence de femmes victimes de violence conjugale.