PASSER À L'ACTION

COVID-19 a fondamentalement changé le Canada.

« Il ne fait aucun doute que la pandémie de COVID-19 frappera le plus durement les femmes et leurs familles. En période de crise, il est important de renforcer le soutien aux communautés les plus vulnérables du Canada. » – Maya Roy, PDG, YWCA Canada

À l’échelle mondiale, les femmes, les filles et les personnes de genre divers seront touchées de façon disproportionnée par cette pandémie, et ce sera également le cas au Canada. En période d’incertitude, les inégalités existantes seront amplifiées. Nous constatons déjà un besoin accru de lutter contre la violence fondée sur le genre, d’améliorer l’accès à la sécurité économique et d’investir dans les services essentiels.

Si elle n’est pas maîtrisée, la pandémie de COVID-19 aggravera les inégalités entre les genres et rendra difficile la survie des femmes, des filles et des personnes de genre divers, sans parler de leur prospérité dans la société. Pour guérir notre nation de la crise actuelle et atténuer les maux économiques et sociaux existants, nous devons adopter une approche féministe pour notre rétablissement.


Une approche féministe face à COVID-19 nécessite de:

  1. Établir des congés de maladie payés pour tous les travailleurs et travailleuses.
  2. Financer des services de garde d’urgence pour les travailleurs essentiels.
  3. Adopter une approche fondée sur le genre pour lutter contre l’itinérance pendant la pandémie.
  4. Créer un fonds d’urgence de 10 milliards de dollars pour les organismes de bienfaisance et sans but lucratif.

Développer les congés de maladie payés pour tous les travailleurs et travailleuses

Nous savons que les trois quarts des cas de COVID-19 au Canada sont acquis en raison de la transmission communautaire. Il existe de nombreuses raisons à cela, mais l’un des moyens de réduire la propagation des maladies infectieuses consiste à instaurer des congés de maladie payés pour tous les travailleurs et travailleuses. Les travailleurs canadiens sont moins susceptibles d’avoir payé des congés de maladie s’ils sont des travailleurs précaires, à temps partiel, temporaires et à faible revenu. Ce sont aussi des femmes qui sont de façon disproportionnée et plus susceptibles d’être des travailleuses essentielles telles que les femmes de ménage, les épicières, les travailleuses de la santé et les prestataires de services sociaux. Nous appelons le gouvernement à établir immédiatement 21 jours de congés de maladie rémunérés et protégés pour l’emploi pour tous les travailleurs sous réglementation fédérale. De plus, le gouvernement fédéral devrait tirer parti de son rôle de leadership et influencer tous les partenaires provinciaux et territoriaux à faire la même chose.

Financer des services de garde d’urgence pour les travailleurs essentiels

YWCA Canada est l’un des plus importants fournisseurs de services de garde au pays. Certaines de nos YWCA continuent d’offrir des services de garde d’enfants afin que les travailleurs essentiels puissent faire face à notre état d’urgence national. Cependant, il y a tellement de capacités qui sont actuellement sous-utilisées. Nous nous joignons à Un enfant Une place et demandons au gouvernement de fournir un financement fédéral pour payer les programmes de garde d’enfants d’urgence pour les enfants de 0 à 12 ans et de travailler avec les provinces et les territoires pour maintenir les programmes de garde d’enfants agréés.

Adopter une approche fondée sur le genre pour lutter contre l’itinérance pendant la pandémie

YWCA Canada se joint au Réseau national du logement pour femmes et sur l’itinérance qui réclame une approche fondée sur le genre pour lutter contre l’itinérance pendant la pandémie. Nous avons adopté les recommandations et appelons tous les niveaux du gouvernement canadien à adopter de toute urgence les mesures pour protéger équitablement les femmes, les filles, les enfants et les personnes de genres divers qui vivent l’itinérance pendant cette pandémie.

COVID-19 est une crise de genrée. Bien que le virus lui-même ne fasse pas de discrimination, les inégalités systémiques auxquelles sont confrontées les femmes et les personnes de genre divers signifient que notre expérience de cette pandémie est unique. Les réponses à la pandémie doivent tenir compte de la trajectoire et du profil de l’itinérance liée au genre.

L’itinérance des femmes au Canada était déjà une crise avant l’arrivée de COVID-19. Constituant environ la moitié de la population itinérante au Canada, notre expérience de l’itinérance est unique selon le genre. Nous vivons de manière disproportionnée dans le besoin impérieux de logement, sommes chefs des familles monoparentales et assumons le fardeau des services de garde, ce qui nous expose au risque d’expulsion lorsque nous sommes confrontées à l’impossible choix de payer le loyer ou de nourrir nos enfants.

Pour de nombreuses femmes et personnes de genre diverses, la directive de « rester à la maison » signifie que nous sommes prises au piège avec des partenaires ou d’autres personnes qui sont abusifs et violents. Dans la rue, nous craignons non seulement une exposition au COVID-19, mais une violence sexuelle et physique profonde. Bon nombre de ces défis sont amplifiés pour celles qui sont confrontées à des formes de marginalisation multiples et croisées, notamment les femmes autochtones, les femmes trans, les nouvelles arrivantes, les personnes 2SLGBTQ2 +, les femmes de couleur et les femmes handicapées. Les personnes de genre divers sont également confrontées à des problèmes de logement distincts et graves. Dans le contexte de cette pandémie, l’accès à un logement convenable et sécuritaire est la différence entre la vie et la mort pour beaucoup d’entre nous – que nous contractions ou non le virus. Ces réalités exigent une réponse tenant compte du genre à COVID-19 qui reflète les vulnérabilités uniques des femmes, des filles et des personnes de genre divers qui sont itinérantes ou logées de façon précaire, et inclut le large continuum de façons dont les femmes et les personnes de genre divers vivent l’itinérance. Cette réponse doit être façonnée par des personnes ayant une expertise vécue dans divers contextes.

Créer un fonds d’urgence de 10 milliards de dollars pour les organismes de bienfaisance et sans but lucratif

Le gouvernement doit soutenir le secteur et soutenir les organisations communautaires telles que les YWCA locales pour soutenir les opérations, préserver les infrastructures, permettre la prestation de services essentiels et garder les personnes employées pendant cette pandémie. Sur la base des prévisions de répercussions prévues par IMAGINE Canada, nous devons établir immédiatement un fonds de stabilisation de 8 milliards de dollars. Plus de 70% du secteur caritatif et à but non lucratif est composé de femmes, donc la sauvegarde du secteur protégera également les femmes et l’équité entre les genres.

Who We Are

 

YWCA Canada is a leading voice for women, girls, Two-Spirit and gender diverse people. For 150 years, we’ve been at the forefront of a movement: to fight gender-based violence, build affordable housing and advocate for workplace equity. We work to advance gender equity by responding to urgent needs in communities, through national advocacy and grassroots initiatives. Local YWCAs invest over $258 million annually to support over 330,000 individuals across the nation. Today, we engage young leaders, diverse communities, and corporate partners to achieve our vision of a safe and equitable Canada for all.

 

To provide an organizational endorsement, please email Anjum Sultana, National Director of Public Policy & Strategic Communications at YWCA Canada at asultana@ywcacanada.ca.

GENDER EQUITY COVID-19 RESPONSE COALITION

 

Elizabeth Fry Toronto

Welcome Centre Shelter for Women & Families

WomanACT