La violence fondée sur le genre

La violence à l’égard des femmes et des filles est la plus grande violation des droits humains dans le monde et elle est omniprésente dans notre société. Chaque année, la violence et la maltraitance poussent plus de 75 000 femmes et enfants à quitter leurs foyers et à se réfugier dans des refuges partout au pays. Pour chaque 1 000 agressions sexuelles perpétrées au Canada, seulement trois agresseurs sont condamnés. (Limites d’une intervention du système de justice pénale : Tendances dans le traitement des agressions sexuelles par la police et les tribunaux.)

Nos actions et nos campagnes

La semaine sans violence a lieu la troisième semaine du mois d’octobre ; il s’agit d’une semaine d’événements communautaires qui font la promotion de diverses approches pour créer un monde sans violence.

#pascorrect est une campagne en ligne pour dénoncer les actes de violence qui ont lieu au quotidien.

La Campagne des Roses sensibilise à mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles : elle se déroule du 25 novembre au 6 décembre.

Recherche et ressources

Droits. Signalements. Soutien. Guide éclair sur la violence sexuelle liée à des images intimes

« Notre relation est-elle saine ? » est une brochure produite en consultation avec des filles et des jeunes femmes de tout le pays, dont le contenu et le langage reflètent la façon dont les jeunes voient et vivent les rencontres amoureuses et les relations aujourd’hui.

Projet déclic: YWCA Canada a effectué une évaluation des besoins sur la question de la cyberviolence en appliquant une analyse comparative entre les sexes.

La Politique sur la prostitution, le travail sexuel et la sécurité des femmes (lien disponible en anglais)  s’engage à soutenir les femmes à toutes étapes de leur vie sans porter de jugement, et à veiller à ce que toutes les femmes – y compris les travailleuses du sexe et les prostituées – bénéficient d’une protection complète de la loi et du système judiciaire.

Empezar de Nuevo et Salir Adelante sont des programmes pour femmes Latinx (“x” remplaçant le traditionnel “a” pour être neutre sur le binaire du genre) fuyant la violence, et pour les intervenants qui les aident.