Facebook pixel code Parler du cœur – Shaya MacDonald parle de leur expérience du Conseil mondial de la YWCA en Afrique du Sud. | YWCA Donate

Quoi de neuf?

Parler du cœur – Shaya MacDonald parle de leur expérience du Conseil mondial de la YWCA en Afrique du Sud.

Published on 20/01/2020 by YWCA Canada

Pendant les 22 premières années de ma vie, je suis née et j’ai grandi à Unama’ki, en territoire mi’kma’ki. Les choses que vous faites pour vous amuser lorsque vous vivez sur l’île comprennent de longues randonnées en voiture le long de la piste Cabot ou de longues randonnées pédestres dans la piste Cabot. J’ai passé toute mon enfance, ma jeunesse et le début de ma vie adulte en explorant les beautés cachées de cette terre. En même temps, je n’ai jamais pu conceptualiser la vie en dehors de cette terre.

J’ai quitté ma famille et j’ai parcouru 2 200 km à travers le pays jusqu’en Ontario pour poursuivre mes rêves d’éducation. Étant à la fois le bébé de ma famille et la dernière à quitter la maison, ce fut un énorme changement pour moi.

Tout au long de ce voyage, il y a eu tellement de gens qui m’ont guidée et qui ont marché avec moi. Le jour, je suis une travailleuse en santé mentale auprès des jeunes et le soir, je suis une peintre, une bijoutière et une consultante externe pour YWCA Canada. Aux femmes fortes et au personnel du bureau de YWCA Canada, je suis plus que reconnaissante d’avoir passé ce temps avec vous. Vous m’inspirez toutes à continuer et à grandir pour devenir ma véritable personne, à devenir un leader et à être aussi courageuse, forte et résiliente que chacune d’entre vous ! Je vous remercie et vous assure que vous faites des merveilles !

C’est avec une immense gratitude et un grand honneur que j’ai reçu un financement de Fonds vers le leadership des jeunes femmes pour assister et participer au Conseil mondial 2019, en Afrique du Sud.

Par une chaude soirée du 4 septembre 2019, j’ai reçu un courriel m’annonçant que j’avais été sélectionnée comme bénéficiaire de Fonds vers le leadership des jeunes femmes (FLJF) pour participer au Conseil mondial de la YWCA en Afrique du Sud en novembre 2019. Avant cela, le meilleur courriel que j’ai reçu était celui de l’entrée à l’université – et je voudrais vous dire que je suis la première de ma famille à avoir obtenu un diplôme universitaire. On peut dire que j’ai pleuré pendant plusieurs jours après avoir reçu ces deux courriels.

L’Afrique du Sud n’est pas au bout de la route, ni à travers un pont ni à l’autre bout du pays. C’est un pays à l’autre bout du monde, plein de couleurs, de paysages, de montagnes, d’océans, et les plus grands couchers de soleil que vous ne verrez jamais.  Plus important encore, j’ai remarqué que les habitants ont tellement d’amour, de joie et de fierté dans leur culture et en soi.

Plusieurs expériences du Conseil mondial 2019 me viennent à l’esprit. Cependant, je veux partager avec vous les plus importantes aujourd’hui.

J’ai eu le privilège d’apprendre de Marylize Biubwa, fondatrice de la Bi Kind Initiative. Marylize est une féministe et activiste intersectionnelle homosexuelle noire de 28 ans qui rêve de voir un monde qui embrasse et respecte la diversité. Elle a animé un atelier sur la foi et les LGBTQIGNC+. Au début de l’atelier, nous avons parlé d’examiner les définitions qui correspondent aux acronymes et nous avons passé du temps à éclaircir des mythes.

J’ai même pu faire la lumière sur ce que cela signifie pour moi d’être bispirituelle en pays indien, en me basant sur mes propres expériences et sur celles d’autres personnes qui ont partagé avec moi. C’était mes 2 minutes de gloire indigène. En continuant, Marylize a parlé de ses défis personnels pour se déclarer homosexuelle. Je n’ai pas le consentement pour partager l’histoire de Marylize. Mais ce que je peux dire, c’est que l’histoire de Marylize a des points communs avec plusieurs histoires de jeunes dont j’entends parler dans mon travail, mais une différence majeure est l’environnement et la culture de Toronto, au Canada, par rapport à l’Afrique du Sud.

L’histoire de Marylize m’a donné envie d’en savoir plus sur les expériences d’autres personnes sud-africaines en matière de sexualité. J’ai rapidement appris que près de 50 % des personnes LGBTQ+ en Afrique du Sud connaissaient des personnes qui avaient été tuées à cause de leur orientation sexuelle ; le ministère de la Justice tente activement de s’attaquer au phénomène du « viol correctif ». Bien que l’Afrique du Sud ait certaines des lois LGBTQ+ les plus progressistes au monde, le pays n’a toujours pas obtenu l’égalité pour les personnes.

Trop souvent, les personnes qui ont un impact dans nos vies continuent à vivre sans savoir comment elles ont directement influencé les manières et les pensées des autres. C’est pourquoi j’ai su que je devais reprendre contact avec Marylize parce que je n’oublierai jamais son histoire et surtout, sa bravoure.

Après une recherche approfondie dans les médias sociaux, j’ai su que j’avais trouvé son Instagram. J’étais sûre que Marylize ne se souviendrait pas de moi, mais si elle l’a fait, c’est grâce à mes deux minutes de gloire où j’ai pu éduquer le groupe sur ce que signifie être bispirituelle. Néanmoins, je me suis présentée comme la personne bispirituelle qui a participé à son atelier à Johannesburg. J’ai ensuite écrit combien elles sont courageuses, et comment elles sont des guerrières (en tant qu’indigène, c’est la plus haute forme d’amour, de respect et de courage que je donne). Je lui ai dit à quel point son histoire avait un impact sur moi et comment je pouvais voir le changement se produire dans la pièce et en moi-même. Puis, je lui ai souhaité une belle journée.

Je n’ai pas reçu de réponse. Et bien que j’aie commencé à me demander si je n’avais pas eu l’air effrayant, je savais que je devais partager cela. Parce que souvent nous ne partageons pas ce genre de choses, et nous supposons souvent que d’autres personnes savent le bien qu’elles font, ou nous nous sentons souvent trop mal à l’aise pour encourager les gens que nous rencontrons.

Quelques jours plus tard, j’ai accédé à mon Instagram, et j’ai vu que Marylize m’avait identifié dans un poste. Marylize a parlé de la raison pour laquelle elles font le travail qu’elles font. Elles ont dit combien elles étaient heureuses et reconnaissantes que j’aie partagé avec elle ces pensées positives et ces encouragements.

J’avais tendu la main pour lui offrir mon soutien et mes encouragements dans le travail qu’elle fait, et en retour, elle m’avait publiquement récompensé et remercié et elle m’avait dit que c’était la raison pour laquelle elle faisait son travail.

C’est ce qui permet de bâtir des relations, et c’est ce qui crée le changement.

Appuyez les gens que vous connaissez.

Encouragez-les. Validez-les, et faites-leur savoir que vous les voyez.

Je vous vois, et je vous remercie du fond de mon coeur.

Revenez aux nouvelles
104 rue Edward, 1er étage, Toronto ON, Canada M5G 0A7 416-962-8881
Contenu produit conformément aux politiques de YWCA Canada. Notre numéro d’enregistrement à titre d’organisme de bienfaisance est 88878 9393 RR0001.
Créé par
Onaki logo