Facebook pixel code Anjum Sultana de YWCA Canada représente le Canada avant le Sommet du G7 en France | YWCA Donate

Quoi de neuf?

Anjum Sultana de YWCA Canada représente le Canada avant le Sommet du G7 en France

Published on 12/07/2019 by Anjum Sultana

Anjum Sultana, Responsable des politiques, du plaidoyer et des communications stratégiques de YWCA Canada, a été choisie par Jeunes Diplomates du Canada pour représenter le Canada au Sommet des jeunes (Y7) du G7 2019 à Paris, France du 10 au 14 juin. Anjum était l’une des quatre déléguées canadiennes chargées de représenter la voix de la jeunesse canadienne aux plus hauts niveaux de la diplomatie mondiale. À l’échelle internationale, Anjum est la première personne affiliée à YWCA à représenter sa nation dans les processus du Y7 ; elle incarne la mission de la YWCA mondiale de « transformer les structures du pouvoir pour créer la justice, l’égalité des genres et un monde sans violence ni guerre ».

 

 Le Sommet du G7 : Une plate-forme pour réunir, créer des coalitions et agir

 

Cette année, la France exerce la présidence du Sommet du G7 avec le président Macron et son gouvernement. L’accent sera mis sur la lutte contre les inégalités mondiales. La délégation du Y7 représente l’un des groupes d’engagement officiels des pays du G7.

 

Les principales priorités sont les suivantes :

 

  • Lutter contre l’inégalité des opportunités pour que chaque individu ait une chance, quel que soit son genre ou son origine.
  • Lutter contre les inégalités dues à la dégradation de l’environnement
  • Sécurité et contre-terrorisme
  • Lutter contre les inégalités par le développement numérique et l’intelligence artificielle
  • Combattre les inégalités grâce à un partenariat unique avec l’Afrique

 

Le féminisme intersectionnel et le G7

 

Ce fut un honneur incroyable d’être une des déléguées canadiennes au Sommet Y7 de 2019. Ce fut l’une des expériences les plus enrichissantes de ma vie et je ne l’oublierai pas de sitôt. En préparation du Sommet du Y7 à Paris, mes collègues déléguées canadiennes et moi-même avons rencontré des diplomates, d’anciennes déléguées canadiennes et des organisateurs du Sommet du Y7 2018 du Canada : Jeunes diplomates du Canada.

Face à la résistance croissante au multilatéralisme, des forums comme le Sommet du Y7 offrent aux jeunes du monde entier une occasion importante de se réunir pour élaborer des solutions stratégiques aux défis mondiaux complexes et nous permettre de veiller à ce que les pays du G7 tiennent sérieusement compte de nos perspectives.

Grâce à cette expérience, mes collègues déléguées canadiennes et moi-même avons eu l’occasion de travailler avec plus de 40 délégués de l’Union africaine, de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis. Ensemble, après des jours d’intenses négociations, nous avons rédigé un communiqué final dans lequel nous avons présenté les recommandations politiques du Y7 pour remédier aux inégalités économiques et aux inégalités entre les genres et pour intégrer l’inclusion face aux perturbations numériques et à une urgence climatique mondiale urgente. Notre objectif collectif est de faire en sorte que les pays du G7 adoptent nos recommandations lors du Sommet du G7 qui se tiendra à Biarritz, en France du 24 au 27 août.

Afin d’éclairer nos recommandations politiques, nous avons consulté les jeunes de nos pays et rencontré des experts reconnus à Paris et dans nos pays d’origine sur un large éventail de questions, notamment l’intelligence artificielle, la garde des enfants, la violence sexiste, la fiscalité, le changement climatique, les objectifs de développement durable des Nations Unies et plus. Pendant notre séjour à Paris, nous avons visité des institutions telles que l’UNESCO, l’OCDE, le Sénat français et l’Assemblée nationale française, et nous avons rencontré des dirigeants politiques français comme Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie et des Finances, et présenté nos recommandations aux Sherpas du G7.

En tant que féministe intersectionnelle, je ne prends pas cette responsabilité à la légère parce que les politiques publiques, les décisions budgétaires et les choix politiques des dirigeants des pays du G7 ont un impact disproportionné sur les nations du Sud, les communautés noires et autochtones, les femmes, les personnes LGTBQ+, les jeunes, ainsi que sur les diverses communautés sous-représentées, historiquement défavorisées et en quête d’équité. En tant que femme musulmane racisée qui a immigré au Canada, ma situation sociale faite en sorte que je suis personnellement touchée par les inégalités mondiales actuelles concernant la répartition du pouvoir, des privilèges et des ressources d’une manière tangible et distincte.

Au cours de cette expérience, j’ai été frappée par les nuances et l’expertise technique que mes collègues ont apportées à la table. En outre, d’autres délégués étaient conscients du contexte historique et actuel du (néocolonialisme), du patriarcat et de la xénophobie. J’ai pu constater notre volonté commune de veiller à ce que nous ne recommandions pas des solutions politiques qui engendreraient des dynamiques problématiques et des inégalités de pouvoir.

Des délégués représentant l’Union africaine ont participé à notre sommet et au Sommet du G7, et l’accent a été mis sur les expériences et les résultats particuliers des nations et des peuples africains lors des multiples séances de négociation du Groupe de travail sur les perturbations technologiques et des autres groupes de travail.

En tant que membre du Groupe de travail sur les perturbations technologiques, j’ai participé à l’amplification du plaidoyer mené par les organisations de la société civile soudanaise et les défenseurs des droits humains. Nous avons galvanisé nos collègues déléguées du Y7 et avons été le fer de lance d’une autre déclaration du Sommet de 2019, qui appelait les pays du G7 et la communauté internationale en général à s’engager. Nous les avons invités à prendre des mesures pour remédier aux violations des droits de l’homme commises contre les Soudanais, principalement les femmes et les jeunes, qui s’organisent pour la démocratie et la justice au Soudan.

 

Après le Sommet et l’élection fédérale de 2019 au Canada

Après le Sommet du Y7, mes collègues déléguées et moi-même avons travaillé très fort pour faire avancer nos appels à l’action afin de promouvoir l’égalité mondiale et un avenir équitable pour tous. Alors que nous étions encore à Paris, mes collègues déléguées canadiennes et moi-même avons eu l’occasion de rencontrer Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France, ainsi que Tristan Landry et Charles Hudon, collègues à l’ambassade du Canada à Paris, et de partager nos expériences avec eux. L’ambassadrice Hudon a également été coprésidente du Conseil consultatif sur l’égalité des genres du G7 en 2018, avec Melinda Gates de la Fondation Gates.

Cette année a été une occasion unique de représenter les jeunes Canadiens aux processus du Y7 étant donné que les électeurs admissibles âgés de 18 à 38 ans représentent 37 % de l’électorat. Cela fait des 9,5 millions d’électeurs du millénaire du Canada le plus grand bloc électoral du pays. Si les Canadiens du millénaire exerçaient leur pouvoir politique collectif, ils pourraient modifier considérablement le résultat des prochaines élections fédérales.

Compte tenu du contexte politique actuel, les jeunes Canadiens ont une occasion unique de faire entendre leur voix non seulement aux urnes en octobre, mais tout au long de la période qui précède les élections.

L’Appel à l’action Y7 constitue une plate-forme de lancement pour tous les électeurs au Canada, et non seulement pour les jeunes, afin qu’ils puissent examiner les solutions stratégiques proposées pour relever les défis complexes auxquels nous sommes confrontés au Canada et dans le monde. Je vous encourage tous à le lire, à trouver une question qui vous intéresse et à défendre l’une de nos recommandations de politique !

— 

Après les élections, je voudrais continuer à plaider en faveur de politiques féministes inclusives qui placent les femmes, les jeunes et les communautés en quête d’équité au centre. Souhaitez-vous vous joindre à moi ? Envoyez-moi un courriel à asultana@ywcacanada.ca pour en savoir plus et vous engager dans la lutte contre les inégalités à un niveau supérieur !

Crédit photo : Adrien Thibault et Open Diplomacy.

 

YWCA Canada

YWCA Canada est la plus ancienne et la plus grande organisation multiservices pour les femmes du pays. YWCA travaille dans 300 communautés à travers le Canada pour servir les femmes et les filles dans neuf provinces et deux territoires. YWCA Canada est le plus important fournisseur d’hébergement pour femmes et enfants fuyant la violence. Pour plus d’informations, visitez www.ywcacanada.ca, retrouvez-nous sur Twitter @YWCA_Canada ou sur www.facebook.com/ywcacanada.

 

Jeunes diplomates du Canada

Jeunes diplomates du Canada (JDC) est un organisme national, non partisan et sans but lucratif, dirigé par des jeunes, qui vise à éliminer les obstacles à la prise de décisions aux plus hauts niveaux de la diplomatie mondiale.

Travaillant à l’échelle locale et mondiale, JDC vise à renforcer le leadership diplomatique et l’expérience de défense des intérêts internationaux des Jeunes Canadiens par le biais de programmes de formation pratique et de partenariats clés qui donnent aux délégués la possibilité de participer à des sommets politiques et multilatéraux de haut niveau. Grâce à ces efforts, JDC espère intégrer l’engagement des jeunes dans les grandes discussions politiques lors de sommets tels que le G20 et le G7.

JDC aide à réunir une génération de jeunes penseurs et décideurs en matière de politiques et à former la prochaine génération de leaders mondiaux du Canada ; nous visons à devenir la voix nationale officielle de la future politique étrangère du Canada.

Revenez aux nouvelles
104 rue Edward, 1er étage, Toronto ON, Canada M5G 0A7 416-962-8881
Contenu produit conformément aux politiques de YWCA Canada. Notre numéro d’enregistrement à titre d’organisme de bienfaisance est 88878 9393 RR0001.
Créé par
Onaki logo